13ème journée : Un Milan AC-Napoli sur fond de crise(s) et l’énigme Cristiano Ronaldo?

Par Elio Gusti publié le 23 Nov 2019

Enfin la fin de trêve internationale et le retour de notre bonne vieille Serie A avec en entrée un alléchant AtalantaJuve à 15H où la Juve devra impérativement gagné face à une équipe de l’Atalanta à la recherche de sa première victoire depuis 4 matchs. Les regards seront surtout tournés vers l’équipe de Sarri qui devra encore faire sans CR7 encore blessé au genou selon le club piémontais.

A 18H, c’est une affiche qui aurait du être intéressante en terme de jeu il y a quelques saisons mais ce Milan ACNapoli sera ce jouera dans un contexte très tendu pour les deux équipes en manque de résultats. Surtout c’est le retour d’Ancelotti dans son jardin alors que les rumeurs le renvoient sur le banc du Milan la saison prochaine. Si le Milan va chercher à enfin lancer sa saison, le Napoli va surtout tenter de retrouver un semblant de cohésion après la mutinerie de ses joueurs après le match de C1 contre Salzbourg. Dries Mertens dont on évoque la vente cette hivers à l’Inter va devoir se montrer décisif s’il veut garder un tant soit peu l’estime de ses tifosi. La journée de samedi se terminera avec un sympathique TorinoInter à 20H45 . Un match qui sera sans doute « physique » et où les protégés d’Antonio Conte devront se méfier d’un Torino toujours capable de faire un « coup » lors des gros matchs.

Dimanche Sassuolo (sans Berardi) tentera de résister à l’armada offensive de Lazio avec un Immobile en pleine confiance après ses deux buts contre l’Arménie et un Correa qui va vouloir continuer sur sa lancée des matchs contre le Milan et Lecce. On n’oubliera pas de regarder du côté de Bologne où un Sinisa Mihajlovic à peine sorti de l’hôpital pourrait retrouver ses joueurs si ce n’est sur le banc, au moins dans le stade. Sur les autres matchs Cagliari tentera de confirmer contre Lecce, duel de mal classés entre la SPAL et le Genoa de Thiago Motta toujours à la recherche de sa première victoire. La Samp se déplace à Udine, la Viola au Hellas et Balotelli tentera lui de faire parler taire les critiques et remonter dans l’estime de Grosso à l’Olimpico contre l’AS Roma.

ON VEUT VOIR

L’Atalanta qui retrouve enfin son beau jeu et vu que la prochaine journée de C1 ne comptera plus pour grand chose autant tout donner face à la Juve.

Un Milan-Napoli qui ressemble à un match de football : Un Milan qui arrive enfin à retrouver une défense digne de ce nom et un Ancelotti qui se décide enfin à donner une identité à son équipe.

Les premiers succès de Grosso et Motta avec Brescia et le Genoa : Parce qu’on est romantique, Motta a montré de belles promesses et que Grosso un héros de la nation qui mérite de réussir sa carrière d’entraineur.

LA PETITE HISTOIRE COCASSE

Après son grand père Cesare légende en tant que joueur entre 1954 et 1966 puis comme entraineur en remportant la Coupe des Clubs Champions en 1963, Paolo 902 Matchs (record en Serie A) entre 1985 et 2009, le fils Daniel est présent dans le groupe pour le match contre Napoli. L’international U19 a signé son premier contrat pro début novembre et espère continuer l’histoire d’amour familiale avec le Milan en revêtant le maillot Rossoneri pour la première fois en match officiel, lui qui a déjà pu jouer avec les pros en juillet dernier lors d’un match amical contre le Bayern pour l’International Champion’s Cup.  Quoi qu’il en soit on espère pour lui une meilleure carrière que celle de son grand frère Christian aujourd’hui sans club après avoir écumé les clubs de Serie C (Fano, Fondi, Pro Sesto) et même joué à Malte pour le Harum Spartam !

Pour la petite histoire les Maldini n’est pas la seule famille à avoir eu plusieurs générations à avoir réussi des carrières transgénérationnelles  : Marcos Alonzo (petit-fils de Marquitos et fils de Marcos Alonzo Pena qui ont joués au Real Madrid) ou encore Vladimir Weiss fils de Vladimir Weiss et petit-fils de… Vladimir Weiss : Trois générations de joueurs slovaques à porter le même nom !

Elio Gusti

Romain par mariage, j'aime la Lazio, les cornetto al miele et les Fiat. Je n'apprécie pas le football moderne et les personnes portant des chemisettes à carreaux. Philosophiquement Maradonien à tendance Zemanienne.



Lire aussi