12e journée : L’Inter et le Napoli en quête d’apaisement, la Juventus et le Milan AC ensemble contre l’ennui, le retour de Fabio Grosso

Par Leo Carta publié le 08 Nov 2019

La Serie A reprend ses droits après une semaine à voir ses clubs déchanter aux quatre coins de l’Europe. Début des hostilités dès ce vendredi à Sassuolo où les hommes de De Zerbi accueilleront Bologna pour un match à la limite de la zone rouge. Si la fin du championnat est encore loin, une défaite pour l’un des deux clubs marquerait le début d’une situation compliquée après déjà deux défaites d’affilée.

Samedi après-midi ce sera au tour du Brescia d’accueillir le Torino de Walter Mazzarri, sur la sellette depuis quelques semaines, avant l’arrivée de cadors comme l’Inter et le Napoli, opposés respectivement à l’Hellas et au Genoa en fin de soirée. De quoi se relancer après une semaine compliquée au niveau européen. Dimanche c’est le beau Cagliari qui ouvre le bal pour le repas de midi face à la Fiorentina, toujours orpheline de Mad Franck. L’Udinese, à présent menée par Luca Gotti affrontera la SPAL. Pendant ce temps la Sampdoria devra gérer les diablotins de l’Atalanta, plus à l’aise en Serie A qu’en Ligue des Champions tandis que les cousins romains de la Lazio et de l‘AS Roma devront résoudre deux équations compliquées face à Lecce et Parma. Clou du spectacle le soir à Turin pour un match qui sent bon les années 2000 : Juventus-Milan AC. Deux équipes qui bafouent leur football depuis un moment. L’espoir n’est pas vain, peut-être assisterons-nous à une belle rencontre.

On veut voir

Du football dimanche soir : Les matchs se suivent et se ressemblent pour la Juventus et le Milan AC. De son côté le club bianconero assume son rôle de leader mais n’arrive pas encore à entamer la mue tant attendue depuis l’arrivée de Sarri. Ça gagne sans convaincre ni jamais vraiment dominer l’adversaire. Toujours seul club invaincu des grands championnats européens (toutes compétitions confondues), le manque d’idées de jeu est criant chaque semaine et rend de plus en plus pénibles les matchs de Ronaldo and co. Le Milan AC, lui, espère trouver en Pioli un élan nouveau pour relancer le club vers l’Europe. Après sa sixième défaite le weekend dernier face à la Lazio, le club rossonero aura à cœur de faire chavirer l’Allianz Stadium.

Le retour de Fabio Grosso sur les bancs italiens : Après Bari et Vérone l’année dernière, Fabio Grosso pose ses valises à Brescia où le challenge est énorme. Le club Lombard enchaîne les défaites depuis trois journées malgré des ambitions clairement affichées en début de saison. L’effectif, plus que correct, ne trouve pas sa vitesse de croisière malgré quelques prestations convaincantes. A Fabio Grosso de résoudre l’équation. Lui qui, dans sa carrière, a débloqué pas mal de situations compliquées (toute référence à une coupe dorée est clairement assumée).

Voir Antonio Conte assumer son effectif : La rencontre opposant l’Inter et Dortmund cette semaine laissera des traces. Car si le scénario, complètement fou, du match a de quoi surprendre, Conte a lui trouvé une explication dès le coup de sifflet final. Il s’agirait selon lui d’un manque d’expérience et de profondeur de banc dus à une session de mercato ratée. Très critique envers la direction et certains joueurs, il évite de son côté toute responsabilité. Un coup de gueule à double tranchant qui peut réveiller certains esprits ou en braquer d’autres.

La petite histoire cocasse

Pratique de moins en moins courante en Italie, le « ritiro » (mise au vert) est généralement décidé par la direction d’un club pour remobiliser ses troupes dans les moments difficiles et préparer les prochains rendez-vous coupés de toutes distractions (et notamment des médias). Une situation que les joueurs du Napoli n’ont pas accepté ce mardi quand, à la suite du match les opposant à Salzbourg (et terminé 1-1), certains joueurs n’ont pas souhaité embarquer dans le bus direction Castel Volturno. Un choix né des tensions qui auraient éclaté dans le vestiaire à la suite du match entre plusieurs cadres de l’équipe et le fils du président Edo De Laurentiis. L’arrivée à l’entrainement a été accueillie comme il se doit par les abonnés présents (voir vidéo). Une situation explosive qui devrait, selon certains journaux, se poursuivre en justice. Ambiance…

Leo Carta

Rédacteur Juventus



Lire aussi