11e journée : Le duel Inter-Juventus se poursuit, Cagliari fait sensation, la Sampdoria se réveille

Par Sébastien Madau publié le 05 Nov 2019

Il a fallu attendre les arrêts de jeu du dernier match de la 11e journée pour assister à un événement: la Sampdoria n’est plus lanterne rouge. Les Gênois n’ont pas évacué tous leurs problèmes mais c’est trois points leur font le plus grand bien. Contrairement à la SPAL.

Vendredi, la Juventus avait pris l’ascendant sur le Torino dans le derby de la Mole. Gros (et interminable) débat autour de la main dans la surface de De Ligt, non sifflée. Le Néerlandais a eu la bonne idée de marquer le but du match et de faire taire les critiques. Lentement mais sûrement s’installe un mano a mano avec l’Inter. Les Nerazzurri ont fait le boulot à Bologne grâce à un Lukaku qui s’illustre encore.

Derrière, plusieurs équipes composent le wagon des poursuivants: AS Roma, Lazio, Atalanta et Cagliari. Les Sardes ont réussi l’exploit de battre l’Atalanta et jouent des coudes avec les plus grands. Qui sait jusqu’à quand…

En attendant, Ciro Immobile est tout sourire. Outre la victoire romaine à San Siro -qui plonge le Milan AC dans le doute- le grand blond avec une chaussure bleue entre dans l’histoire de son club. Vue la forme actuelle de la Roma, le prochain derby s’annonce palpitant.

Un plaisir à respirer le football. Alors que d’autres se font un malin plaisir à le salir. Cette fois, le Prix Nobel de l’Intolérable revient à ces ultras de l’Hellas pour leurs cris racistes contre Mario Balotelli.

On a aimé

Le caractère de la Roma : La loi de l’impatience avait prédit une saison compliquée pour la Roma et souligné les limites techniques de son entraîneur Paulo Fonseca, après les balbutiements des premiers matchs. Trois victoires consécutives plus tard et l’autre loi implacable -celle de la victoire à 3 points- propulse les Giallorossi sur le podium de Serie A. C’est beau le foot !

La belle série de Cagliari : On se demandait -et on se demande toujours- quand le conte de fée sarde allait se terminer. Le match contre l’Atalanta aurait pu être le théâtre de la rupture, il devient au contraire celui de la sensation. Et ce même si beaucoup d’événements ont été en leur faveur (but contre son camp de Pasalic et à 11 contre 10 pendant 50 minutes). Le rêve se poursuit.

Les arrêts de Meret : Certes son Napoli a été battu à l’Olimpico et frôle la crise. Mais sur le plan individuel, le gardien Alex Meret a encore réalisé une prestation de grande classe. Les arrêts réflexes sont innombrables et pour couronner le tout, il repousse un pénalty du défenseur Aleksandar Kolarov. Le sélectionner italien Roberto Mancini peut se réjouir de l’avoir dans son effectif.

Le moment de la journée

Stade Bentegodi de Vérone. Le ballon échappe à l’attaquant de Brescia Mario Balotelli et sort en six mètres. L’International italien s’empare alors du cuir et le propulse dans la Curva Sud des ultras de l’Hellas. Motif: les cris racistes qui sont encore venus pourrir l’ambiance d’un match de Serie A. On peut se réjouir de l’attitude des joueurs des deux équipes l’ayant soutenu. Beaucoup moins des dirigeants véronais qui, comme certains de leurs homologues dirigeants, ont du mal à mettre officiellement des mots sur ce fléau. Il faudra aller aux prolongations pour lutter contre le racisme.

Mis en lumière

En ouvrant le score dimanche soir à San Siro face au Milan, l’attaquant de la Lazio Ciro Immobile a franchi la barre des 100 buts sous les couleurs biancocelesti en seulement 3 saisons. Si le mythique Silvio Piola reste encore loin (149), d’autres tels Rocchi (105), Giordano (108), Chinaglia (122) et Signori (127) sont à portée de tête et de pieds. Avec 13 réalisations en 11 rencontres, Ciro Immobile survole encore le classement des buteurs cette saison.

 

Sébastien Madau



Lire aussi