Sansone, une deuxième convocation méritée

Attendu chez les A depuis un moment (depuis 2015 date des sa seule convocation contre le Portugal), Nicola Sansone passe enfin la porte. Une convocation qu'il n'a pas volé après un début de saison plutôt réussi. Retour sur la carrière du petit nouveau.

Par François Lerose publié le 05 Oct 2016

SansoneNé en Allemagne, à Munich, mais ayant choisi la nationalité italienne à son adolescence, Nicola Sansone est un joueur très apprécié parmi les tifosi au delà de la botte. De parents italiens, il n’est pas né dans son pays de coeur, comme bon nombre de fils et petits fils d’immigrés aujourd’hui ce qui le rend encore plus attachant.

L’oriundo le plus apprécié d’Italie aujourd’hui ?

Alors que de tradition, l’Italie n’a jamais trop apprécié ses oriundi, Nicola Sansone fait exception. Pourquoi ? Ses déclarations en rejoignant Parma en 2011. « Je ne me suis jamais senti allemand. Mon pays c’est l’Italie, j’ai grandi en regardant la Serie A« . Ensuite car il a évolué ces trois dernières années à Sassuolo, club qui possède un capital sympathie assez exceptionnel en Italie. Après 3 saisons pleines avec les neroverde, conclues notamment avec des statistiques correctes : 16 buts et 11 passes décisives en 89 apparitions, il a su montrer son potentiel et se faire aimer des supporters et des observateurs, aux côtés de Zaza ou encore Berardi. Ses armes, il les a fait dans les divisions inférieures avec notamment un passage à Crotone où il a commencé à jouer avec continuité. Seul hic, son transfert hors de la botte cet été, qui a fortement attristé les tifosi alors qu’il aurait pu intégrer un top club. Ainsi, pour 14 millions d’Euros, Villarreal s’est offert un attaquant prometteur qui, à 25 ans, doit passer un cap et s’imposer définitivement pour espérer truster un poste durable en Nazionale.

Pas si nouveau que ça en fait

Lorsque Ventura annonce ses 26 sélectionnés pour les matchs face à l’Espagne et la Macédoine, personne ne s’attend forcément à sa présence, tant le nouveau sélectionneur préfère pour le moment s’appuyer sur les bases d’Antonio Conte. Seulement voilà, intégrer les A est une juste récompense pour celui qui a connu toutes les catégories de jeunes italiens. En 2013 il a même atteint la finale de l’Euro espoir et en 2015 une première sélection face au Portugal. Il lui faudra désormais avoir de la continuité avec son nouveau club pour espérer perdurer du côté de Coverciano, camp de base habituel de la Nazionale.

Villareal, un bon début !

Lors de son transfert commun avec un autre Italien, Roberto Soriano, du côté de Villarreal, des doutes sont montés de l’autre côté des Alpes. Aura t-il du temps de jeu, suffisamment pour pouvoir s’épanouir ? Assez pour progresser et s’imposer comme un ailier incontournable italien ? Le début de réponse a été donné assez rapidement. N’étant pas convoqué pour le barrage de Champions League face à Monaco, il retrouve ses coéquipiers pour l’ouverture de la Liga. Ses deux premiers matchs d’adaptation passés, Sansone commence à se faire au 4-4-2 espagnol et propose de plus en plus de qualités. Ainsi, il marque 4 buts en 7 apparitions, dont deux superbes buts (un lob de 52 mètres et un petit ballon piqué qui clôture une superbe action collective) qui l’ont mis en lumière. On espère que cette convocation lui donnera des ailes pour la suite de la saison !

François Lerose

Rédacteur en Chef



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.