Quel rôle pour Pavoletti au Napoli ?

Le Natif de Livourne, Leonardo Pavoletti, débarque donc en Campanie contre un chèque d’environ 18 millions d’euros. L’ancien génois devenu pro à seulement 26 ans a roulé sa bosse notamment du côté de Sassuolo avant de se révéler au Genoa dès son arrivée en 2015. Retour sur l’état de forme du nouveau numéro 32 azzurro et analyse de ce qu’il pourrait apporter à l’attaque du Napoli.

Par Nicolas Soldano publié le 04 Jan 2017

pavoletti

Quelle trace laissera-t-il au Genoa ?

5ème meilleur buteur de Serie A la saison dernière avec 14 buts (et 3 passes décisives), l’attaquant italien pèse plus de 35% des buts du Genoa à lui tout seul. A ce petit jeu-là, seul Higuain, Bacca et Icardi possédaient une statistique supérieure. Titulaire indiscutable pour ce qui sera sa meilleure saison au Genoa (et même en professionnel), avec 25 matchs au compteur, il est l’attaquant le plus utilisé par Gasperini. Avec ses 17 buts toutes compétitions confondues il devient le 4ème meilleur buteur du club sur une saison derrière les légendes Milito, Montella et Edoardo Catto.

Cette saison cependant, ses statistiques ne sont pas extraordinaires : 3 petits buts pour seulement 9 apparitions (dont 2 comme remplaçant), Pavoletti était seulement un deuxième choix en pointe pour son nouveau coach Jùric, qui a préféré aligner le plus souvent, le jeune fils Simeone (16 matchs, 6 buts). A noter toutefois son but contre le Milan AC et son doublé contre Crotone qui lui vaut le titre d’homme du match.

Un colosse bousculeur de défense

Physiquement, “Pavoloso“ en impose : 1m88 pour 85 kg, et dans les surfaces adverses cela se ressent. Véritable bagarreur de ballon, il fait parler sa détente et son physique pour dominer de la tête ses vis à vis. Il est à mi-parcours l’attaquant gagnant le plus de duels aériens par match en Serie A avec Dzeko (plus de 4 par rencontre pour les deux gaillards). Véritable poison sur les centres et les coups de pieds arrêtés, il est chirurgical de la tête. Son jeu en pivot lui permet d’ouvrir des brèches pour ses ailiers, il se qualifie d’ailleurs lui-même “d’ouvrier du but“. Il est également bon finisseur, ses très nombreux buts à l’intérieur des 6 mètres le confirment. Néanmoins son agressivité dans les duels et les contacts lui font commettre beaucoup de fautes (déjà 2 cartons jaunes en championnat).

Quel rôle Sarri compte-t-il lui confier ?

Evidemment le poste d’attaquant de pointe semble lui tendre les bras au vue de l’absence de Milik et des prestations sans relief de Gabbiadini. Son profil évoqué ci-avant semble être idoine avec les demandes du secteur offensif du Napoli qui peine souvent à fructifier ses centres et à répondre au défi physique proposé par les rugueuses défenses adverses. D’ailleurs, le dernier attaquant du Napoli ayant marqué de la tête est… Milik, contre le Dynamo Kiev, en septembre (!). Le recrutement de Pavoletti semble donc arriver à point nommé mais, quid de l’état de forme de Mertens au poste de faux 9 ?

Le Belge marche sur l’eau avec 8 buts sur les 3 derniers matchs et semble porter l’équipe offensivement, le voir retourner sur le banc semble impensable. Du coup, Insigne en fera-t-il les frais pour laisser revenir Mertens à gauche ? Difficile à la vue des prestations de l’Italien qui vont crescendo depuis plusieurs mois. Callejon ? Il semble également inamovible dans le système de Sarri. Pas simple donc, surtout lorsqu’on sait que Milik devrait faire son retour fin janvier… Alors, ce sont effectivement des problèmes de riches mais Pavoletti acceptera-t-il de n’être qu’un simple joker de luxe ? Va-t-il réussir à bousculer la hiérarchie ? Sarri changera-t-il son systéme pour y mettre 2 pointes ou replacera-t-il Mertens en numéro 10 ? Beaucoup de questions donc et  début de réponse samedi face à la Sampdoria.

Nicolas Soldano

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.