Les notes de l’Italie contre la Suède

L'Italie a concédé à San Siro un nul (0-0) historique face à la Suède, qui prive la Nazionale d'une participation à la Coupe du Monde 2018. Voici les notes de l'équipe, le barême est bien sûr italien.

Par Romain Simmarano publié le 14 Nov 2017

Buffon 5,5: Un seul véritable arrêt à faire, le reste du match a été une partie de spectateur démuni. On aurait vraiment aimé une autre fin de carrière internationale pour le grand Gigi. Déchirant.

Barzagli 4,5: Quelques beaux gestes défensifs qui ne permettent pas de masquer la prestation très discutable du joueur de la Juventus. Ses passes ont longtemps laissé à désirer et mis en danger l’équipe. Un final raté.

Bonucci 5,5: Une vraie partie de guerrier, il reste sur le terrain malgré un choc au genou et tient bien son rang. Peu d’erreurs, beaucoup de propreté, mais cette sale manie des longs ballons mal négociés toujours prégnante.

Chiellini 6: Pas grand-chose à dire sur le plan défensif, mais véritablement omniprésent aux avant-postes. Pendant près d’une heure, il délivre même plus de centres dangereux que Darmian et Candreva réunis…

Candreva 4: Son incapacité à jouer en première intention étonne toujours. Candreva était dans un jour sans, en manquant la plupart de ses centres, la plupart du temps par la faute de trop de touchers de balle (Remplacé par Bernardeschi)

Parolo 5: Il faut lui reconnaître une très grande activité, une vraie volonté de créer du jeu, des espaces et des décalages. Sa prestation est malheureusement desservie par beaucoup de déchets et un manque de précision criant.

Jorginho 6: Énormément de ballons joués par Jorginho qui s’est vite imposé en relai essentiel du dispositif du soir. Beaucoup d’inégalité dans la qualité de la création, mais bonne prestation dans l’ensemble.

Florenzi 6: Malgré un positionnement de relayeur qui ne lui est pas du tout familier, il s’est montré très remuant. Il manque pour quelques centimètres l’une des occasions du match sur une superbe reprise. Il sera l’un des piliers de la future Nazionale.

Darmian 5: Énorme volonté, beaucoup de courses dans le dos des défenseurs suédois qui auraient pu être mieux récompensées. Cependant, on sent un manque de lucidité dans les derniers gestes. Il aurait pu avoir les clefs du match (remplacé par El Shaarawy).

Immobile 5: Après un début de match fantômatique, il cherche à juste titre à s’imposer en pivot, jouant plus pour ses partenaires que pour le but. Sur ses rares occasions, imprécision et manque de finition malgré tout.
Gabbiadini 5: Il apporte d’abord une vraie présence physique dans les airs, souvent décisive car créatrice de décalages offensifs intéressants. Puis il disparaît peu à peu avant d’être remplacé par Belotti.


El-Shaarawy 6: Belle entrée, insuffisante mais réussie. Il manquait un dribbleur, un killer du 1 contre 1, et le Pharaon a souvent trouvé les gestes pour faire un début de différence. Bute sur Olsen sur l’une des plus grosses occasions de la partie.
Belotti 5: Beaucoup de pression sur ses épaules dès son entrée, mais il n’a jamais trouvé sa place sur le terrain. A voulu jouer l’impact physique mais s’est heurté à des défenseurs suédois solides. Entrée sans saveur malheureusement.
Bernadeschi 4,5: Quasi-invisible à l’exception d’une poignée d’incursions sans lendemain. Trop souvent amateur de gri-gris inutiles et déplacés pour l’occasion

Ventura 4: On se demande encore si cette équipe n’aurait pas pu être une machine de guerre entre les mains d’un autre. Il faut reconnaître que, cette fois-ci, il a voulu faire les choix clivants assez tôt dans la partie. Mais la non-entrée d’Insigne, rompu à l’exercice et à la pression, est un crime contre le football. A l’issue du match, il en a commis un second, contre l’honneur tout simplement, en refusant de démissionner immédiatement. Mérite un 0 pointé pour son passage tout entier à la tête de la Nazionale.

Romain Simmarano

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.