Les notes de l’AS Roma face à l’Atletico Madrid

Opposée à une écurie rodée et huilée à souhait comme celle de l'Atletico Madrid, l'AS Roma a livré un match sérieux tout en s'offrant plusieurs frayeurs. Au vue de la physionomie des débats, il s'agit là d'un très bon point comptabilisé. Voici les notes des protagonistes de la rencontre. Le barème est italien.

Par Anthony Maiorano publié le 13 Sep 2017

Alisson 8 : Un extraterrestre parmi les terriens. Dans la série « tu auras beau tout tenter, mais rien n’y fera », Alisson endosse sans sourciller le costume trois pièces de l’interprète principal. Une dizaine de parades de qualité suprême et un festival de retournements de vestes qui s’annonce dans la capitale.

Bruno Peres 5.5 : Plutôt prometteur en préparation, le risque est que la face obscure de l’exercice dernier reprenne petit à petit le dessus. Trop brouillon et peu incisif. Florenzi, où te caches-tu?

Manolas 6.5 : En face, avec Griezmann et Vietto, ça blaguait pas forcément. Et globalement, l’Hellène n’a pas été ridicule. Avec en prime un sauvetage sur la ligne à montrer dans les écoles de football.

Juan Jesus 5.5 : En souffrance face aux velléités madrilènes, le Brésilien a toutefois limité les dégâts. Or, beaucoup trop de déchets à la relance et cette mauvaise habitude à vouloir constamment jouer long.

Kolarov 6 : Toujours aussi remuant offensivement, toujours autant de plaisir à le voir seconder Perotti sur son côté, mais toujours aussi agaçant lorsqu’il pêche dans le dernier geste. Cependant, en réelle progression.

Nainggolan 6.5 : Un des meilleurs de son équipe en première mi-temps. Du Nainggolan tout craché : abatage illimité, récupérations en veux-tu en voilà et une grosse générosité. Manquait hélas le coup d’éclat. Remplacé par Pellegrini

De Rossi 5.5 : 50ème présence en Europe pour un capitaine qui a vu son équipage sombrer au fil des minutes sans pour autant hisser le drapeau blanc. Sinon, un petit match pour Daniele, entre passes anodines et impact insuffisant dans le jeu.

Strootman 5.5 : Comme ses compères du milieu, il a tout simplement été inexistant en deuxième période, même si le bonhomme s’est battu et offert un caviar fâcheusement gaspillé.

Defrel 5 : Alors qu’il était censé cirer les pompes du géant Dzeko, le brave Defrel se retrouve à devoir jouer un match de Champions League et se frotter à Filipe Luis. Il a fait part d’une belle envie mais a démontré également toutes ses limites. Remplacé par Fazio

Dzeko 5.5 : Plutôt esseulé il est vrai, la tour de contrôle romaine, coincée quelque part entre Godin et Savic, n’aura eu que très peu de ballons à se mettre sous la dent mais aurait pu faire mieux sur sa seule opportunité. Rageant. Remplacé par El Shaarawy

Perotti 6.5 : Un des plus positifs de cette soirée aigre-douce. L’Argentin percute, invente et se procure même un penalty, voir deux mais refusés par l’arbitre. Comme un sentiment de déjà-vu.


Fazio 6 : Son entrée a pour but de rassurer et stabiliser un secteur défensif en totale panique. Mission (presque) accomplie.

Pellegrini, non noté : Prend la place à un Nainggolan crampé jusqu’aux omoplates. L’on relèvera uniquement son baptême de feu dans la compétition.

El Shaarawy : Non noté.

Di Francesco 6 : Contenu relativement correct livré par son escouade, même si peu lucide lors du premier acte et littéralement étouffée et sans idée après la reprise. Ce qui l’amène à modifier son dispositif en cours de route et opter pour un plus prudent 3-5-2 avec comme but de sortir la tête de l’eau et gagné en fluidité de jeu. En somme, il y a pire comme début, surtout face à un favori de la compétition.

 

Anthony Maiorano



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.