Les notes de la Juventus face au Napoli

Juve et Napoli inversent leurs places au terme d'un match serré, accroché et tendu qui se débloque sur un but de Zaza en fin de rencontre. La vitrine d'une Serie A cynique mais surtout d'une précision tactique folle, incarnée par Allegri et Sarri. Un moment de football peu esthétique mais extrêmement pragmatique. Voici les notes* des bianconeri qui ont pris part à la rencontre.

Par Leo Carta publié le 14 Fév 2016

Juventus

Buffon 6 : Il n’a eu qu’un vrai arrêt à faire. Un. Une merveille de réflexe sur une reprise à bout portant d’Albiol. Mais l’arbitre siffle une faute de l’Espagnol sur Barzagli, et gâche toute la magie de la parade.

Litchsteiner 6 : Il partage une coloc’ sympa avec Cuadrado sur son côté droit. Leur entente défensive est parfaite, l’un couvrant l’autre. Et si le Suisse repart peu à l’abordage, c’est que ce 4-4-2 de soirée le contraint à tenir son poste.

Bonucci 6,5 : Leonardo sort une première mi-temps dingue, en avance sur chacune de ses interventions. Magicien, il fait disparaître un ballon qu’Higuain voyait déjà au fond puis tire sa révérence en début de seconde mi-temps après une sévère jambe de bois refilée par un Khedira de tous les duels. Remplacé par Rugani

Barzagli 7 : Un ogre. Il a mangé tous les ballons, tous les adversaires et annihilé toutes les offensives napolitaines qui osaient passer par son secteur. Andrea Copperfield a, lui, carrément fait disparaître Higuain.

Evra 6,5 : Un match à l’expérience. Il se fait ensorceler une ou deux fois par Hysaj mais s’en sort tout de même avec les honneurs. Appliqué, il a tenu Callejon et a cavalé jusqu’à la fin pour passer un cuir décisif à Zaza.

Cuadrado 6 : Très actif, voire trop. En première mi-temps il était partout. Devant, derrière, à droite et à gauche sans pour autant réussir à faire la différence. Comme souvent il cherche le fameux dernier geste et se perd. Espérons pour lui qu’il le trouve un jour.

Khedira 6,5 : Quand Sami ne se blesse pas, il blesse ses copains. Malgré la béquille refilée à Bonucci, l’Allemand sort un match parfait à l’interception comme à la relance. Paradoxalement en forme, il roule 90 minutes sans sourciller et tient sagement la baraque du milieu avec Marchisio quand Pogba s’en va danser.

Marchisio 6 : Une première mi-temps moyenne. Une seconde nettement meilleure malgré une domination teintée d’azzurro (ou de rouge). Il ouvre le jeu, soutient ses défenseurs et ne perd que très peu de ballons. Élément incontournable, ses titularisations sont synonymes d’invincibilité.

Pogba 5,5 : Sanremo a son festival de chansons, le Juventus Stadium son festival de contrôles-poitrine. Et à ce jeu là, c’est Pogba le vainqueur. Sauf que voilà, une fois encore l’apparat ne fait pas tout. Quand on s’invite au bal « sapé comme jamais », encore faut-il savoir danser. Il conserve peut-être ses coups de génie dans sa pokéball en attendant le Bayern ? Espérons-le.

Dybala 5,5 : Clairement, ce match n’était pas fait pour les attaquants. Paulo a catapulté en tribune la balle du 1-0 en seconde mi-temps. Un cuir qu’il est obligé de cadrer, au moins. À part ça, son activité au milieu de terrain apporte, certes, de la qualité mais reste trop éloignée des zones névralgiques de l’attaque. Remplacé par Alex Sandro

Morata 5 : Morata était l’Higuain de la Juve. Koulibaly et Albiol ses Barzagli-Bonucci. Tout est dit. Remplacé par Zaza

——————————————————-

Rugani 6 : Une rentrée propre, sans plus. Quelques frayeurs balle au pied. La tension des grands soirs et la pression d’Higuain sans doute. Il détonne encore comparé aux trois cadors du secteur.

Zaza 7 : Comme souvent cette saison, il rentre et plante. Timide, son agressivité a sûrement été bridée par Allegri ces dernières semaines. Il score néanmoins un but qui vaut 3 points et une première place, remerciant au passage le dos d’Albiol.

Alex Sandro 6,5 : Il s’arrache entre Hysaj et Callejon pour remettre de la tête un ballon balancé là par Khedira. Une passe plus tard, ça fait but. Difficile donc de ne pas noter Alex Sandro, malgré le peu de ballons qu’il a touché. Une note récompense pour son rôle succinct mais décisif.

 

Allegri 6,5 : Le retour à un (faux) 4-4-2 et la titularisation hasardeuse de Khedira a fait beaucoup de sceptiques en début de soirée. Sauf que l’Allemand sort un match énorme tandis que l’équipe ne concède rien à ce beau Napoli. Malgré un match fermé, les changements sont fructueux et lui ramènent les trois points. Un type de victoire qu’il affectionne tout particulièrement.

 

*Le barème est italien

Leo Carta

Rédacteur Juventus



Commentaires




Lire aussi


Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.