L’Udinese retrouve l’accent italien

Avec les signatures de Lasagna, Pezzella et les autres noms qui circulent pour ce Mercato, l'Udinese s'active sur le marché des jeunes joueurs italiens. Une chose rare pour un club habitué à recruter aux quatre coins du Monde.

Par Gilbert Simonutti publié le 14 Juil 2017

Certes, l’Udinese ne sera jamais Sassuolo qui fait du made in Italy sa marque de fabrique mais, il est bien probable que les Bianconeri ne seront plus les vilains petits canards en matière de joueurs italiens sur le terrain. Il faut dire que la saison passée le club de la famille Pozzo a fait fort.  Avec plus de 95 % de joueurs étrangers sur le terrain en moyenne lors des 38 matchs de Serie A, l’Udinese a remporté le titre d’équipe la plus hétérogène d’Europe. La raison principale d’une volonté nouvelle de miser sur des jeunes joueurs italiens provient plus certainement d’un besoin de recréer un noyau dur sur qui compter dans les moments difficiles et servant de relais au coach pour faire passer ses messages. Les Zebrette n’ont pas su anticiper les départs de Pinzi, Domizzi et Di Natale et certains dirigeants avaient peut-être espoir que ce Nucleo Storico n’était pas si nécessaire que cela pour avoir des résultats. Les résultats de ses dernières saisons n’ayant pas été à la hauteur, un revirement de tendance dans le mercato s’imposait. Confirmé dans ses fonctions, Luigi Del Neri n’est pas étranger dans cette démarche puisqu’il tire sur les leviers de l’appartenance depuis son arrivée en octobre dernier.

Un changement de stratégie durable ?

Si l’Udinese continue de prospecter partout dans le monde (les arrivées de Mallé et Ingelsson sont là pour le confirmer), elle commence cependant ses recherches par des joueurs italiens. L’attaquant Kevin Lasagna, 24 ans, avait déjà signé son contrat depuis le mois de janvier et il a été suivi fin juin par le latéral gauche Giuseppe Pezzella. 19 ans, international U21, le désormais ancien joueur de Palermo est le symbole de ce revirement de situation. Il y a deux ans, les dirigeants frioulans n’auraient jamais fait l’effort d’investir 4M€ sur un prospect italien déjà sous le feu des projecteurs. Les temps changent et les rumeurs qui circulent dans le nord-est de l’Italie vont dans le sens d’une « italianisation » de l’effectif. A la recherche d’un avant-centre pour remplacer Duvan Zapata, l’Udinese sonde principalement le marché domestique avec l’espoir d’attirer Falcinelli ou Pavoletti. L’arrivée de Dimitri Bisoli, jeune milieu de terrain de Brescia, devrait être imminente et d’autres pourraient suivre comme Zampano par exemple. On peut également ajouter le choix fort de lancer définitivement Simone Scuffet au poste de gardien titulaire tout en gardant sous contrat l’autre portier maison Alex Meret. Au delà de cela, c’est la politique même du club qui évolue. Les équipes de jeunes font doucement mais surement la part belle aux jeunes frioulans avec l’objectif à moyen, long terme d’avoir une équipe Primavera composée quasi exclusivement d’éléments régionaux. L’avenir nous dira s’il s’agit d’un feu de paille ou bien d’une contre tendance réelle et durable.

 

 

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.