Le Duel : Dybala VS Insigne

Pour beaucoup, c'est le match de l'année. Le rendez-vous incontournable de la saison. À juste titre. Les deux équipes arrivent en pleine bourre et se rencontrent samedi pour faire exploser la planète Calcio. Paulo Dybala et Lorenzo Insigne seront fidèles au poste. Football plaisir et tension extrême. Place au duel.

Par Leo Carta publié le 11 Fév 2016

Le Duel

Électrons libres

Dybala, placé second attaquant, profite cette année d’une liberté folle. « À la Tevez » diront certains. Mais force est de constater que l’Argentin est pour l’instant insaisissable. Et les défenseurs, comme les commentateurs sportifs, peinent chaque match à comprendre où il joue. Car Paulo part de loin, de très loin même. Du rond central, de la défense, des côtés. Jamais là où on l’attend, il dribble. Sévèrement et sans pitié. Lui prendre le ballon relève alors du calvaire pour les joueurs adverses qui n’hésitent pas à l’allonger. Et il se relève. Toujours.

Des coups, Lorenzo Insigne en prend aussi. Chaque matchs. Inlassablement. Feu follet insaisissable Insigne est pourtant, sur le papier, assigné à résidence par Sarri sur son côté gauche. Placé là pour profiter du désormais célèbre gimmick « je repique vers le centre pour être sur mon bon pied », Lorenzo fait de l’entrée de surface son terrain de jeu favori. Son entente avec Higuain est parfaite, l’Argentin lui servant de relais-pivot comme en atteste son but à l’aller contre la Vieille Dame. Un schéma qui fait tourner des têtes. À reproduire samedi.

Vainqueur : Dybala

La dernière passe

Dybala tient, pour l’heure, un total de passes décisives plutôt flatteur (8). Servant beaucoup de ses collègues, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. Deux galettes pour Mandzukic, idem pour Khedira. Une pour Lemina, Bonucci et Alex Sandro. Et c’est justement son instabilité qui fait de lui un passeur fatal. Il centre, il lance du milieu de terrain et il remet en pleine surface. Monopolisant aussi tous les coups de pieds arrêtés bianconeri, il profite des corners pour adresser des ballons qui peinent pourtant encore à faire vraiment mouche (seul Bonucci a pu en profiter pour l’heure). Un point sur lequel travailler.

Insigne lui est plus regardant sur son exportation de caviars. Son principal associé et consommateur de la saison est Argentin et répond au doux nom de Gonzalo Higuain, qui en a ingurgité pas moins de 5. Glouton. Généreux, Lorenzo distribue les restes à ces autres compagnons d’attaque : Allan, Hamsik et Callejon. Néanmoins, aucun défenseur ne fait grâce de ses présents. Reste que l’Italien de poche est le premier européen à réaliser le double/double (10 buts et 10 passes décisives). Assez pour comprendre son importance offensive et son entente parfaite avec les autres chaînons de l’attaque.

Vainqueur : Insigne

Coups-francs

Dybala a eu du mal à s’imposer sur les coups de pied arrêtés. Car le début de saison bianconero a été compliqué, et l’héritage laissé vacant par Pirlo a longtemps été sujet de convoitises. En effet, sur les premiers matchs tous s’y sont essayé. Morata, Pogba, Hernanes et même Bonucci. Sauf que voilà, Dybala a été le premier à planter un coup-franc direct dans la saison. Et depuis, il ne les lâche plus. Deux buts sur punizione depuis le début de saison. Un bon début, à l’ombre du Maestro.

Deux coups-francs convertis, c’est aussi le total d’Insigne qui est cette saison le propriétaire officiel des coups-francs rapprochés napolitains. S’il se partage la tâche avec Hamsik sur les corners et les coups-francs plus éloignés, il monopolise le cuir dès qu’il le voit posé devant la surface. Sa technique de tir est parfaite. De l’intérieur du pied, il enroule son ballon comme la mamma pétrit la pâte du creux de sa main. Ça sent bon le feu, la farine et l’amour. Tout ce qu’on aime.

Match-nul 

La rédac’ tranche

Juventus – Napoli est l’un des plus vieux duels de Serie A (leur première confrontation remonte à 1929, première année de Serie A en poule unique), et a vu bon nombre de confrontations folles : Platini-Maradona, Baggio-Zola et maintenant Dybala-Insigne. Sauf que voilà, la Joya marche aujourd’hui sur l’eau et semble le plus indiqué des deux pour résoudre ce duel synonyme de Scudetto. Mais seule l’issue de la rencontre nous dira qui des deux a commencé à broder le scudetto en premier.

Leo Carta

Rédacteur Juventus



Commentaires




Lire aussi


Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.