La Coupe d'Italie est-elle une "vraie" coupe nationale ? - Calciomio.fr

La Coupe d’Italie est-elle une “vraie” coupe nationale ?

12 décembre 2012 à 10h20         Valentin Pauluzzi
La Coupe d’Italie est-elle une “vraie” coupe nationale ?

La Coupe d’Italie est-elle une “vraie” coupe nationale ?

La Coupe d’Italie entre dans le vif du sujet avec l’entrée en lice des grosses équipes de Serie A, l’occasion de revenir sur la seule coupe nationale italienne et sa formule bancale et complétement inique.

Tout sauf une institution

Ce n’est plus un secret, la Coupe d’Italie a toujours été plus ou moins snobée malgré un regain d’intérêt ces dernières saisons, en effet, on a moins tendance à aligner les équipes B et on vise plus volontiers la victoire (qui garantit une participation en Europa League la saison suivante). Mais contrairement à d’autres pays où la coupe nationale est même la plus vieille compétition du pays, la coupe d’Italie a connu elle une histoire mouvementée avec seulement 64 éditions au compteur. Une première édition en 1922 remportée par la Pro Vasto, puis plus rien avant 1936 lorsque la compétition reprend jusqu’à la guerre qui l’interrompt une nouvelle fois. Il faudra attendre bien après la fin du second conflit mondial pour voir renaitre définitivement la Coppa Italia de ses cendres, en 1958. Au cours de toutes ces années, elle a connu plusieurs formules, avec parfois des phases de poules préliminaires (l’antithèse d’une coupe nationale) jusqu’à encore récemment, d’ailleurs une phase de poule à quatre a même fait office de finale de 1968 à 1970 (comme lors du Mondial 1950).

Un format (et un calendrier) bancal

Mais il ne faut pas croire que les choses se soient arrangées, si il n’y a plus de phase de poules, la Coupe commence d’abord l’été avec les trois premiers tours lors des trois dimanches d’aout précédents le début du championnat où s’affrontent les équipes les moins prestigieuses. Un tour en novembre plus tard avant enfin l’entrée en lice des huit meilleurs équipes de Serie A de la saison précédente…au stade des 8èmes de finale seulement ! Non contents de ce bel avantage, ces clubs sont assurés de recevoir pour leur entrée en lice, peu importe leur adversaire. En effet, pour éviter toutes contraintes, le tableau est tiré au sort dès juillet à la manière d’un tournoi de tennis avec têtes de série, et deux parties de tableau, si bien qu’on sait déjà par exemple que le Milan et la Juventus s’affronteront très probablement en Quarts. Bref, même pas le petit stress d’un tirage au sort. Autre chose, on avait presque abandonné les matches aller-retour (qui là aussi réduisent les chances des petites équipes ainsi que les émotions fortes), sauf qu’on a maintenu cette formule pour un tour seulement, les demis-finale ! Et il arrive parfois que deux mois passent entre les demis aller et les demis retour. Cette année les demis retour se joueront le 30 janvier, la finale…le 26 mai soit quatre mois sans coupe ! Les trois principaux tours se jouant au final entre décembre et janvier histoire de bazarder vite fait ça avant le retour des Coupes d’Europe ! Enfin, depuis que la finale se joue sur un seul match, on a tout de même daigné la disputer dans la capitale italienne, au Stadio Olimpico de Rome. Ouf!

Une coupe antidémocratique

Voici le gros point noir de la coupe d’Italie, celle-ci est clairement élitiste. A l’heure actuelle, y participent les clubs de Serie A de Serie B, 27 de Lega Pro (3ème et 4ème niveaux) et 9 de Serie D (5ème niveau). Point barre. C’est à dire même pas l’intégralité des clubs pros (la Lega Pro comporte 69 équipes), seulement quelques-uns (souvent les mieux classés de la saison précédente) et pour qui il est difficile de faire un parcours puisque jouant tous leurs matches à l’extérieur (en effet, pas d’inversion de terrain si deux ou plusieurs divisions d’écart séparent les deux adversaires). Ainsi, les petites équipes sautent très rapidement, rares sont les affiches inédites en coupe, ce n’est pas dans l’histoire de la Coppa que vous trouverez des épopées fabuleuses, des petits poucets face à des équipes prestigieuses dans des petites enceintes champêtres. Et encore, il y a eu une amélioration, puisqu’il n’y a pas si longtemps que ça, lors de l’édition 2007-08, seules les équipes de Serie A et Serie B y ont participé, vous appelez ça une coupe nationale vous ? Ou devrions-nous dire coupe(s) nationale(s) ? non pas de Coppa della Lega comme en France et en Angleterre par exemple, mais Coppa di Lega Pro, Coppa di Serie D, d’autres coupes réservées aux équipes de ces mêmes divisions histoire de bien rester entre elles et de ne pas trop se mélanger à l’élite.

Une coupe réellement snobée ?

Enfin concluons avec un coup d’œil sur le palmarès, 16 équipes différentes ont remporté cette coupe (en 64 éditions donc) et bien seulement 5 d’entre elles n’ont jamais gagné le scudetto : Vasto, Venezia, Vicenza, l’Atalanta et Parma. Les gros clubs trustent tout de même le palmarès, encore plus ces dernières années, et bien souvent en alignant des équipes B, il faut dire aussi que les petits clubs sont les premiers à aligner leurs équipes bis et à renoncer à une Coupe qui pourrait garnir un palmarès bien terne (sont-elles fatalistes au vu de la formule de la compétition ? Pas impossible). Pour dire à quel point la Coupe d’Italie est synonyme de turnover, aucun joueur ayant joué dans les années 2000 ne figure dans le Top 10 du plus grand nombre de matches joués dans cette compétition, encore moins en ce qui concerne les buteurs puisque que le meilleur goleador en activité se nomme Antonio Di Natale, 26ème du classement all-time avec 18 réalisations juste devant Francesco Totti.

On a beau se forcer, il est difficile de trouver un charme à cette compétition, bien loin des véritables institutions que sont la F.A Cup et la Coupe de France, modèles de coupe de par leur organisation et leur esprit. On aimerait en effet voir Bassano del Grappa ou Manfredonia effectuer un beau parcours, voir pourquoi pas la Viterbese sortir la Roma aux tirs aux buts, Alessandria battre la Juventus dans un stade Moccagatta en délire ! Et pourquoi pas Cittadella ou l’Avelllio finaliste et qualifié pour l’Europa League l’année suivante, sommes-nous sûrs qu’ils feraient pire que certains clubs de Serie A dans cette compétition ?

Valentin Pauluzzi       Twitter @CalcioBilly

Vous souhaitez réagir ?


Partage Facebook : La Coupe d’Italie est-elle une “vraie” coupe nationale ?

Vous avez aimé cet article ?

Fil info du calcio

RSS

12h30  Nazionale : Une belle prestation pour apaiser les tensions ?

09h04  PRESSE Les unes du 31 Mars 2015

30/03  PRESSE Les unes du 30 Mars 2015

29/03  PRESSE Les unes du 29 mars 2015

28/03  La Nazionale veut les trois points en Bulgarie

28/03  PRESSE Les unes du 28 mars 2015

27/03  A LA UNE Et si le Chievo devenait sexy ?

27/03  PRESSE Les unes du 27 Mars 2015

26/03  PRESSE Les unes du 26 Mars 2015

25/03  PRESSE Les unes du 25 Mars 2015

25/03  A LA UNE La Roma peut t-elle se sauver du naufrage ?

24/03  PRESSE Les unes du 24 Mars 2015

24/03  La Cassation donne son verdict sur Calciopoli

23/03  Analyse de la liste des convoqués de Conte

23/03  PRESSE Les unes du 23 Mars 2015

22/03  Une Lazio enfin conquérante !

22/03  A LA UNE Sarri, la valeur ajoutée de l’Empoli

22/03  PRESSE Les unes du 22 Mars 2015

21/03  VIDEO La dernière victoire de Cagliari chez le Milan

21/03  A LA UNE Les enjeux de la 28ème journée de Serie A

21/03  PRESSE Les unes du 21 Mars 2015

20/03  Bon tirage pour les clubs italiens ?

20/03  Coefficient UEFA : l’Angleterre nouvelle cible ?

20/03  A LA UNE Marchisio, leader tapis dans l’ombre

20/03  PRESSE Les unes du 20 Mars 2015

19/03  VIDEO Le dernier déplacement du Napoli en Russie

19/03  L’Inter sait réagir mais doit apprendre à agir

19/03  A LA UNE Les enjeux des 8èmes de finale retour d’Europa League

19/03  Les notes de la Juventus face à Dortmund

19/03  PRESSE Les unes du 19 Mars 2015

18/03  Borussia Dortmund-Juventus : au pied du mur

18/03  PRESSE Les unes du 18 Mars 2015

17/03  PRESSE Les unes du 17 Mars 2015

16/03  VIDEO La dernière victoire de la Sampdoria chez la Roma

16/03  Nicola Sansone, la perle neroverde sous-médiatisée

16/03  A LA UNE Les renforts offensifs du Milan AC en souffrance

16/03  PRESSE Les unes du 16 mars 2015

15/03  A LA UNE Qui sera le sacrifié de l’Inter ?

15/03  Les notes de Palermo face à la Juventus

15/03  Les notes de la Juventus face à Palermo

Jouer foot
SONDAGE

Votez