Les joueurs à retenir : Milan AC

Par Max Miotto publié le 10 Jan 2018

LES TOPS :

Patrick Cutrone : S’il y’a bien une lueur qui est venue éclairer cette si sombre première partie de saison, c’est celle de Cutrone. Pur produit du centre de formation, il se montre décisif dès les matchs de préparation et intègre légitimement le groupe professionnel. Initialement troisième de la hiérarchie des attaquants, il grappille une-à-une les étapes jusqu’à devenir titulaire sous les ordres de Gattuso. Buteur décisif lors du derby en Coppa, il a définitivement gagné le cœur des tifosi en grande partie pour sa grinta et son amour affiché pour le club. Une étoile à polir donc, mais en laquelle les tifosi rossoneri ne cesseront jamais de croire, ni d’espérer.

Suso : Le Milan a vraiment de la chance de pouvoir compter sur un joueur si facile techniquement, capable de faire – seul – la différence. Sa patte gauche dévastatrice ne cessera de nous rappeler celle d’un Arjen Robben : pourtant prévisible mais diablement efficace et si dur à stopper. Buteur (5 réalisations), passeur (3 caviars) et créateur, il est l’élément essentiel de cette équipe. Quel désastre ce serait d’avoir à s’en séparer l’été prochain, en cas de non-qualification en Champions League…

Fabio Borini : « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois« . Cette citation ne plairait évidemment pas au principal intéressé mais elle est pourtant à l’image de la situation actuelle du Milan. Recruté pour renforcer quantitativement l’effectif, Borini a fait bien plus que jouer les pompiers de service. D’abord aligné sur l’aile gauche, il est l’un des joueurs qui montre le plus d’envie sur le terrain et gagne le respect des supporters. Replacé arrière droit avec les blessures de Conti et Abate, il éprouve plus de difficultés et se fait plus discret. Cela reste pourtant suffisant pour faire de lui l’une des satisfactions de ce début de saison, mais n’est-ce justement pas ça le souci ?

LES FLOPS :

Leonardo Bonucci : La déception est d’autant plus grande lorsque l’attente préalable fut si élevée. Cette phrase n’a rien d’une citation philosophique mais elle devrait trouver échos auprès des fans de Star Wars… et aux tifosi du Milan, donc. Arrivé à la surprise générale en provenance d’une Juventus vice-championne d’Europe, celui que beaucoup considéraient alors comme le meilleur défenseur du Monde s’est vite retrouvé à l’agonie. Venu pour apporter une sérénité défensive, il a été l’auteur de grossières erreurs pour le moins inhabituelles. Actuel 11ème défense du championnat avec 27 buts encaissés, le Milan est en droit d’attendre davantage de son joueur. A moins que l’encadrement Chiellini/Barzagli n’était que l’arbre qui cachait la forêt.

Nikola Kalinic : Après avoir recruté André Silva (très décevant aussi en Serie A) dès le début du mercato estival, Fassone et Mirabelli se sont mis en tête de recruter une pointure en attaque. Face aux échecs des pistes menant à Belotti, Aubameyang ou encore Diego Costa, les dirigeants se sont rabattus sur le croate. Malgré un réel désir de vêtir la tunique rossonera, Kalinic s’est montré très décevant, n’inscrivant que 4 buts en championnat. On est en droit d’attendre mieux d’un joueur qui connaît parfaitement la Serie A.

Gianluigi Donnarumma : Un 0 pointé pour son attitude en dehors du pré. Après avoir exprimé ses envies de départ l’été dernier – pour finalement prolonger avec un juteux contrat à la clé – ainsi qu’une communication très maladroite sur les réseaux sociaux, il continue d’affoler les médias comme lorsqu’il aurait récemment menacé de rompre son contrat pour « violences morales« , provoquant l’ire des tifosi. Même si depuis, il a démenti, son cas reste problématique, d’autant que ses performances ne sont pas du calibre de celles de l’année passée.

Max Miotto

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.