Inglese, la surprise du chef

Dans le but de palier l'absence de l'avant-centre phare de la Nazionale Belotti, le sélectionneur Ventura a surpris son monde en faisant appel à Roberto Inglese. Si l'attaquant du Chievo démontre de belles choses depuis une saison maintenant, sa convocation peut paraître surprenante. A voir si le bonhomme saura saisir sa chance dans le cas où ses services seront réclamés ce soir face à l'Albanie. Avec des rêves pleins la tête. Focus.

Par Anthony Maiorano publié le 09 Oct 2017

Avec le titulaire Belotti sur le carreau pour une durée minimum d’un mois, le technicien Ventura a dû se résoudre à éponger ce forfait. Toujours pas de Balotelli ou encore de Zaza (pourtant en feu sur ce début d’exercice à Valence avec six buts en sept apparitions). L’on pense également au Florentin Federico Chiesa qui malgré des débuts prometteurs, n’a curieusement pas été retenu. Du coup, le choix s’est porté sur Roberto Inglese, trois buts cette saison et qui depuis le championnat passé fait l’étalage de ses talents de renard des surfaces du côté du Chievo, avec lequel il a touché la barre des dix réalisations et s’est créé petit à petit un statut d’envergure. Déjà convié au stage de Coverciano en avril dernier (essentiellement dédié aux jeunes éléments appelés à faire parti de la Nazionale de demain), l’attaquant de 25 ans aura, si les circonstances favorables s’unissent, l’occasion d’honorer sa première sélection, lui qui n’a d’ailleurs jamais été convoqué en équipe de jeunes. Et oui, il y a un début à tout.

Efficace à défaut d’être sexy

C’est dans la filière des jeunes pousses du Pescara que le natif de Lucera se forge et révise ses gammes de footballeur avant d’intégrer en 2009 l’équipe fanion. Ses performances ne passent dès lors pas inaperçues ce qui amène le Chievo à plomber sur le dossier. Le garçon est encore jugé trop tendre pour le haut niveau et est envoyé en prêt une première fois au Lumezzane pour ensuite rejoindre Carpi en Serie B dans lequel il trouvera son épanouissement. En Émilie-Romagne, il prend de la bouteille et sera un des hommes forts d’une saison 2014-2015 couronnée par une ascension historique en Serie A. Inévitablement, les Véronais souhaitent le rapatrier et le choix s’avèrera payant. Depuis son retour au bercail, il a enregistré ses premières minutes et buts dans l’élite avant de définitivement s’affirmer dans le collectif de Maran qui lui sied à merveille. Pas très élégant à voir mais doté d’une bonne frappe de balle et d’une protection du cuir appréciable, il n’en reste pas moins un joueur intelligent et qui sent les bons coups. Le genre de rapace invisible durant toute une partie mais intraitable lorsque l’opportunité d’être décisif s’offre à lui. Un profil intéressant qui aura sans doute une carte à jouer au sein de cette sélection. Inglese, c’est pas très beau, mais ça plaît.

Le mondial russe en ligne de mire

Racheté cet été par le Napoli mais toutefois laissé au Nord encore une année pour parfaire son apprentissage, des bruits de couloir faisaient déjà état d’une volonté des dirigeants napolitains d’anticiper sa venue lors du mercato de janvier, au vu de la nouvelle blessure du fragile polonais Milik. Afin de maximiser ses chances de voir de près Poutine et consorts, une permanence au Chievo est néanmoins jugée opportune. En effet, difficile de se faire une place de choix au sein du trio intouchable actuel que représente celui des soldats de Sarri. Et même si Mertens ou encore Callejon ne seront pas en mesure d’enchainer les rencontres tout au long de la saison, il y a un risque existant de freiner le joueur dans sa progression, à l’image d’un Pavoletti. Or, si la Squadra Azzurra a la bonne idée de se qualifier pour la prochaine coupe du monde, nul doute qu’Inglese mettra tout en œuvre pour parvenir à y participer. Histoire de ne pas placer cette récente convocation dans l’armoire des souvenirs éphémères.

Anthony Maiorano



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.