Florenzi, les prémices d’un retour

Lors de la préparation des Giallorossi à Pinzolo en guise de lever de rideau, un visage connu des radars a fait son apparition après de longs mois d’absence. Suivant à la lettre son programme de réhabilitation, l’excitation et l’envie de terrain gagnent petit à petit le bonhomme. Et si c’était bien lui, la recrue essentielle de cette nouvelle saison ?

Par Anthony Maiorano publié le 16 Juil 2017

26 octobre 2016, Mapei Stadium. Alors que l’AS Roma se dirige vers une affirmation non sans difficulté, les terrains de Serie A redisent coucou à un Rüdiger de retour au service après un long moment d’inactivité. A peine le temps de l’accueil qu’un autre élément de l’effectif est victime du même sort. Ou quand Dame Chance décide de t’en vouloir de manière perspicace. Florenzi, forte tête du onze de Spalletti, doit se rendre à l’évidence et le verdict est sans appel. Les croisés antérieurs du genou gauche touchés, une délicate opération ainsi que cinq interminables mois de convalescence. Or, le temps a filé et le retour à la compétition n’est plus qu’une question de semaines. En effet, le Romain pure souche entrevoit les derniers grains au fond du sablier.

Le rôle du Florenzi 2.0

Apprécié de toute part de la Botte de par son engagement illimité et sa capacité d’adaptation tactique, l’international transalpin (24 sélections) retrouvera les pelouses affamé comme jamais. Après un Euro 2016 plus que satisfaisant, l’ancien pensionnaire de Crotone avait démarré l’exercice sur les chapeaux de roue avant que la malchance ne s’abatte sans remord sur lui. Une période marquante qui a sans doute forgé une force de caractère déjà bien présente et le tempérament de celui qui n’abandonne que très rarement et qui irait à la guerre pour ses équipiers, pour autant que ces derniers le méritent. Son côté instinctif et cette capacité constante à soutenir les manœuvres offensives de son escouade ont terriblement manqué à sa bien-aimée. Flexible, Florenzi peut offrir ses prestations autant comme latéral que milieu de couloir. Une polyvalence devenue essentielle dans le football d’aujourd’hui et qui donnera une multitude de possibilités au nouveau chef de file Di Francesco. Un coach mais surtout des supporters qui se réjouissent de le retrouver, notamment pour proposer de la concurrence à un Bruno Peres surprenant de faiblesse. Vous l’aurez saisi, le petit Florenzi a mis aux oubliettes un statut d’espoir qui a laissé sa place à celui d’élément désormais affirmé.

Un leadership qui s’accroît

Même si le direct intéressé affirme n’avoir fixé aucune date précise quant à son retour, une projection vers le futur s’impose. Un avenir qui s’écrira bien évidemment avec Florenzi, noyau du projet avec désormais l’étiquette de capitan futuro collée sur le front. Membre solide de l’équipe fanion depuis désormais six ans, le joueur a pris de la bouteille et peut se targuer d’une expérience importante du haut niveau. Poussé dans le grand bain par le savant Zeman, l’Italien a su se mettre en évidence par un abattage sans trêve et des performances de qualité remarquable lui ouvrant petit à petit les portes de la Nazionale.  A l’heure où une nouvelle ère s’est mise en place du côté de la capitale, caractérisée par une vague de départs et un climat un brin instable, le moment est arrivé pour le disciple du stade Olympique de monter en grade et s’imposer définitivement comme un leader sur mais également en dehors du rectangle vert d’un club qu’il vénère depuis sa tendre enfance. Oui, le tricot romain représente véritablement sa deuxième peau, si ce n’est sa première.

Anthony Maiorano



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.