Mais qui es-tu Rolando Mandragora ?

Acheté au prix fort par la Juventus cet hiver, le milieu de terrain de Pescara reste une énigme pour beaucoup de tifosi juventini qui se demandent si l'investissement est rentable ou pas. Zoom sur ce joueur plein de promesses qui représente l'avenir footballistique de tout un pays.

Par François Lerose publié le 14 Fév 2016

Mandragora

Formé au Genoa, Mandragora est prêté l’été dernier à Pescara où il explose en multipliant les grosses performances. Il représente l’un des plus gros espoirs italiens à son âge, titulaire avec les U-21 de Di Biagio et donc, avenir du football italien. Forcément, un gros transfert d’un joueur pescarese et on pense immédiatement à Verratti, mais les comparaisons avec le milieu de terrain parisien n’ont pas vraiment lieu d’être. Mandragora n’ayant ni la fantaisie ni le talent brut de Marco. Par contre comme l’a fait Oddo, son entraîneur, il peut être comparé à Thiago Motta dont il a bien plus le style de jeu. Rolando possède beaucoup de similitudes avec l’Italio-brésilien, mais dans un profil plus véloce et plus mobile. Il évolue au poste de regista devant la défense, toujours là au bon moment quand il faut, il joue juste avec très peu de déchet. Aussi fort physiquement qu’à l’aise techniquement c’est un milieu très complet capable de tout faire. Ses nombreuses qualités ont attiré l’unique œil de Marotta qui n’hésite pas à faire casser la tirelire. Acheté pour 12M puis prêté jusqu’à la fin de saison à Pescara, le prix peut paraître élevé à première vue mais à seulement 18 ans, le potentiel du joueur est énorme.

Juventus touch

Alors qu’il criait haut et fort sur tous les toits son amour pour le Napoli, lui l’enfant de Scampia, il n’a pas hésité à trahir son cœur pour signer un contrat de 5 ans à la Juventus. Le club de sa ville n’a pas dédaigné faire l’effort de l’enrôler malgré les nombreuses promesses de De Laurentiis concernant une nouvelle politique de formation plus locale, mais comme toujours avec lui,s beaucoup de paroles, aucun acte… La Juventus elle, continue sa politique made in Italy dans sa pure tradition. Un investissement sur le long terme qui sera sans doute payant pour une Juve qui ne compte sûrement pas conserver Lemina, avec un Khedira qui enchaîne les blessures, un Sturaro peu utilisé et un Hernanes plus que décevant. Reste à savoir si Rolly saura prendre le jeu à son compte à l’instar d’un Marchisio, car il se contente souvent de ressortir les ballons proprement pour Verre et Benali qui sont les véritables métronomes de Pescara. Le fait d’être un gaucher exclusif le limite peut être un peu dans la création, mais il peut également jouer en mezzala et laisser les clefs du camion à Marchisio. En tout cas il est clair que Mandragora est un joueur à suivre de près dans les années à venir ainsi que pour la Nazionale s’il confirme tous les espoirs placés en lui.

François Lerose

Rédacteur en Chef



Commentaires




Lire aussi


Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.