Mais d’où sors-tu, Ilija Nestorovski ?

Une histoire digne d'un conte de fées comme seul le football pouvait l'écrire, voilà à quoi ressemble la trajectoire du Macédonien qui rencontre l'Italie aujourd'hui en sélection.

Par Antoine Martin publié le 09 Oct 2016

ilija-nestorovski

Il était une fois un Macédonien de 26 ans que l’on attendait pas. Ilija Nestorovski a débarqué à Palerme les valises pleines de combativité et d’ambition. On pensait néanmoins son bagage technique très mince et son physique pas vraiment adapté aux joutes des grands championnats européens. Quand il est arrivé en Sicile pour un demi million d’euro, les supporters rosanero l’avaient mauvaise, pire encore : ils se moquaient. « Nestogorkoswvksi » pouvaient ont lire par exemple un peu partout dans les commentaires des adeptes du Barbera lors de ses premières titularisations. Oui mais voilà, Ilija a retourné quelques équipes, et avec ça il a retourné les opinions des fans. Il est vrai que sa trajectoire est pour le moins fantasque, Ilija n’a jamais joué dans un grand championnat, il a 26 ans, et l’équipe nationale Macédonienne n’avait fait appel à lui qu’une fois avant qu’il ne débarque par la porte insulaire de la Serie A. En Juillet, Palermo perdait définitivement Vazquez et Gilardino : en quête d’un renfort offensif, les rosanero se cassaient les dents sur plusieurs cibles. Une néanmoins aboutissait avec l’arrivée pour une bouchée de pain du petit attaquant de l’Inter Zapresic en Croatie : Ilija Nestorovski.

Tueur des surfaces croates

Nestorovski ne s’est pas retrouvé par hasard en Italie, en championnat croate, il enfile les buts d’une manière impressionnante : 71 buts en 86 apparitions sur 3 années en championnat, rien que ça. Dans un championnat certes mineur, Nesto’ est considéré comme un tueur, un joueur opportuniste et combattant, le genre de mec qui peut presser une défense de la 1 ère à la dernière minute. Une qualité qui a séduit les recruteurs palermitains, bien aiguillés par les conseils avisés d’un joueur… Aleksandar Trajkovski. L’ailier rosanero valide l’intérêt de son président pour Ilija, en confirmant qu’il est celui qu’il faut au Palermo. Finalement, Nestorovski séduit la direction sicilienne en claquant 9 buts sur les 5 dernières journées de championnat, avec notamment un doublé contre Hajduk Split et un triplé face à Osijek, deux gros clubs locaux. Voilà comment « Magilija » séduit définitivement Zamparini à 26 ans pour devenir le remplaçant attitré d’Alberto Gilardino en 2016/2017, rien que ça !

Même pas peur de la Serie A

Restait à convertir les espoirs par les performances sur le terrain, et si les début du nouveau venu étaient timides, son tempérament de gagneur transparaissait d’emblée. Sa persévérance va payer d’abord à Crotone, il marque le but de l’égalisation et donc du match nul. Une semaine plus tard, Roberto De Zerbi, le nouvel entraîneur des roses parle de finale face à l’Atalanta en terre bergamasque. Ilija ne rate pas l’occasion de se montrer, et en pressant un ultime ballon dans le money-time, le macédonien obtient un corner inespéré. C’est alors que sans faire de bruit avec son physique assez banal (1m82), le n°30 surgit comme un lion affamé au premier poteau pour marquer le but de la victoire en crucifiant Sportiello et toute l’équipe bleue et noire. En marquant ce but, et en récidivant encore une fois à Gênes deux semaines plus tard (1-1), Nesto’ a fait surgir dans le coeur des fans une émotion digne du maintien obtenu par Gilardino et les siens à la dernière journée l’an dernier. En pleine bourre, il a marqué il y a tout juste trois jours face à Israël en qualification pour le Mondial 2018. Méfiez-vous les gars, ce soir contre la Macédoine si il y a un mec à prendre au marquage… c’est Nestorovski !

Antoine Martin

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.