Calciostory : De Vieri à Zlatan il n’y a qu’une aile de pigeon

Pour ce nouvel épisode de Calciostory, Calciomio vous emmène en 2004, lors de l'Euro 2004, quand l'Italie de Christian Vieri, affronte la Suède d'un certain Zlatan Ibrahimovic. Retour sur un des tournants de cette compétition et le passage de relai, d'un grand bomber de Serie A à un autre.

Par François Lerose publié le 11 Avr 2016

Calciostory Ibrahimovic 2004

Sur cet Euro 2004 portugais, l’Italie a des certitudes. Finaliste de la dernière édition, les Transalpins se présentent comme les grands favoris de ce groupe C. En face, ni le Danemark, ni la Suède et encore moins la Bulgarie ne semblent armés pour mettre à mal l’armada mise en place par Trapattoni. Le premier match semble ouvrir des failles dans la confiance affichée par les triples champions du monde. Un Danemark accrocheur et un gardien en état de grâce. 0-0, l’Italie perd même son maitre à jouer, Francesco Totti, suspendu 3 matchs pour un crachat envers Poulsen. Le ciel s’assombrit sur les Azzurri.

Acte 1 : le décor est planté

L’équipe scandinave, forte d’un premier succès 5-0 contre la Bulgarie se présente en état de grâce face à une Italie qui commence à douter. L’histoire d’amour entre les poules et l’Italie a souvent été pleine d’embuches. Le tifosi le savent bien, mais l’atmosphère avant le coup d’envoi est irrespirable et ce n’est pas à cause du soleil qui brille en ce 18 juin. Pour cette rencontre, Trapattoni décide d’aligner Del Piero et Cassano, un jeune gamin de 21 ans seulement en soutien de l’incontournable Christian Vieri, meilleur buteur du championnat italien en 2003. Avec cette alliance de jeunesse et d’expérience, celui qui été appelé, non pas par le Général de Gaulle mais par le peuple italien, à devenir le héros du pays sur ce qui peut être sa dernière compétition internationale, doit montrer la voie à son équipe.

Côté Suède, peu de surprises, mais du lourd devant également avec la paire Larsson-Ibrahimovic soutenue par un milieu appartenant à Ljungberg. Si l’attaquant du Celtic qui va rejoindre le Barcelone à la rentrée suivante semble être la tête d’affiche de cette sélection, la presse ne parle que d’un homme, Zlatan Ibrahimovic. Inconnu au bataillon, il est en train d’exploser à l’Ajax, remportant le titre aux Pays Bas et surtout inscrivant un superbe but face au NAC Breda au mois de mai. Relayé par les sites internet, cet exploit où l’on voit le géant brun dribbler toute l’équipe adverse avant de marquer, est présent dans toutes les têtes. Alors qu’il s’apprête à rejoindre la Juventus la saison prochaine, les tifosi l’ont à l’oeil. Déjà buteur lors du match précédent, Ibrahimovic va t-il récidiver face à l’Italie ?

Acte 2 : Vieri ne rigole pas .. du tout.

C’est l’attaquant phare de la Squadra qui se montre d’entrée de jeu face à des Suédois déjà dépassés par les offensives italiennes. Malheureusement, le réalisme, véritable marque de fabrique d’une sélection aussi pragmatique que solide, est absent ce jour là. Ibrahimovic tente de répondre également, mais sa frappe finit hors cadre d’un Buffon relativement tranquille sur cette première période.

Vieri, intenable, ne cesse d’haranguer et d’encourager ses partenaires et plus particulièrement le jeune Cassano. Sentant le vent tourner, le Bomber de l’Inter veut que l’équipe réagisse. Elle le fait avec brio sur un superbe long ballon de Panucci, dévié par la tête d’un Cassano tout heureux d’inscrire son premier but en compétition officielle pour sa sélection. 1-0, la Suède est sonnée, l’Italie se dirige vers une victoire maitrisée. Loin d’être en sécurité cependant, les joueurs du Trap continuent de pousser. Vieri et Del Piero s’essayent chacun leur tour mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Agacés, les attaquants italiens savent qu’ils risquent de s’exposer à une réaction des Suédois, qui patientent sans s’affoler.

Acte 3 : Et la lumière fut

Les Suédois font le dos rond et commencent à sortir en fin de deuxième période. Les Italiens, éprouvés et frustrés par leurs efforts non conclus, commencent à reculer pour tenir un score qu’ils savent défendre. Mais à 5 minutes du terme de la rencontre, la lumière vient pour la sélection suédoise. Sur un corner à priori anodin, la défense italienne n’arrive pas à se dégager et tergiverse. Il n’en faut pas plus à Ibrahimovic pour décocher un geste d’une classe pure et d’une élégance rare. Une aile de pigeon qui devance la sortie de Buffon et qui lobe Vieri, planté sur sa ligne de but, tentant désespérément de sauter pour empêcher le cuir de franchir la ligne.

Imparable, inclassable, les filets tremblent et l’Italie reste bouche bée. Zlatan Ibrahimovic inscrit son 2ème but de la compétition et permet à la Suède de caracoler en tête du groupe C : 1-1 score final. Pour l’Italie c’est le deuxième nul consécutif et la victoire face à la Bulgarie 2-1 ne servira à rien car le Danemark et la Suède font 2-2 lors du dernier match. Les 3 équipes sont à 5 points mais l’Italie est éliminée à la différence de but. Un véritable cauchemar pour la Squadra mais qui comporte cette petite part de lumière qui l’a vu rencontrer pour la première fois Ibrahimovic, celui qui de 2004 à 2011 fera les belles heures de la Juventus, l’Inter et le Milan AC en Italie. Maigre lot de consolation pour un Vieri qu’on ne reverra plus buteur, qu’une seule fois en sélection avant de prendre sa retraite internationale (en 2005 face à la Moldavie).

François Lerose

Rédacteur en Chef



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.