D’Ambrosio, un choix par défaut en Nazionale ?

Titulaire quasi indiscutable du côté de l’Inter, Danilo D’Ambrosio (29 ans) est récompensé de ces efforts en intégrant de nouveau la Squadra Azzurra. Toujours aussi constant, l’Italien ne fait pourtant pas l’unanimité en sélection. Appelé en partie suite à la blessure de Conti, habitué à rester sur le banc, peut-on réellement parler d’un choix par défaut ?

Par Pierrick Dujardin publié le 08 Oct 2017

Sélectionné pour les deux rencontres face à la Macédoine et l’Albanie, Danilo D’Ambrosio est une nouvelle fois dans les plans de Giampaolo Ventura. Auteur d’un début de saison des plus satisfaisants (un but et une passe décisive en 7 rencontres de championnat), la latéral droit continue son aventure milanaise de fort belle manière. Performant, appliqué et impliqué, D’Ambrosio est toujours aussi apprécié depuis son arrivée en 2014. Seul point noir de sa carrière : il n’a jamais réussi à s’imposer avec la Nazionale. Bloqué par les choix tactiques de Ventura, les montées en puissance de Zappacosta et Conti, il semble que seule la récente blessure de ce dernier justifie le retour du Nerazzurro. Pourtant, D’Ambrosio est bien plus que ce joueur relégué sur le banc et entré en jeu à deux reprises depuis sa première sélection. Ne pas le prendre aurait pu être une erreur, et Ventura le sait.

Un joueur clé du dispositif intériste

Déjà indispensable au Torino, D’Ambrosio va dès son arrivée à l’Inter s’imposer comme le latéral droit tant attendu. Pour la modique somme de 5 millions d’euros, le club milanais s’est alors offert un ailier en pleine bourre, aussi à l’aise offensivement que défensivement et capable par moment de se montrer décisif. Le natif de Naples, qui va peu à peu prendre ses marques, réalise la saison passée l’une si ce n’est la meilleure année de sa carrière : auteur de 3 buts en 39 matchs toutes compétitions confondues, D’Ambrosio s’est surtout distingué par sa capacité à maintenir un niveau de jeu constant au sein d’une équipe pourtant en berne. Alors oui, ce joueur « vieillissant » n’est pas le meilleur latéral du moment ; mais force est de constater que sa grinta, son respect du maillot et sa complémentarité de plus en plus remarquable avec Antonio Candreva font de lui un joueur dont les dirigeants intéristes n’ont jamais voulu se séparer. Convoqué pour la première fois avec la Nazionale en 2017, le voir avec le maillot italien est une juste récompense pour celui qui maintient des performances parfois grandioses, toujours sérieuses. Suivant cela, rien de surprenant à voir le nom de D’Ambrosio dans les petits papiers de Ventura.

Un atout indéniable

Malgré le nul inquiétant concédé par la Nazionale face à la Macédoine, D’Ambrosio ne semble toujours pas promis à laisser de côté son statut de remplaçant. Bien que le poste de latéral droit pose problème, difficile d’envisager l’intériste s’imposer face aux précoces Davide Zappacosta, Leonardo Spinazzola et Andrea Conti, actuellement blessé. Pourtant, D’Ambrosio possède abnégation, humilité et expérience ; autant de qualités qui pourraient être au combien bénéfique pour les jeunes pouces citées précédemment. Rappelons également que l’Italien, qui n’a jamais eu sa chance avec la Squadra azzurra, peut être un élément décisif ne serait-ce que par sa complémentarité avec Candreva, qui contrairement à lui est habitué à commencer les matchs. Ventura sait qu’il détient entre les mains un joueur qui n’est pas arrivé là où il en est du jour au lendemain ; un joueur dont la discrétion n’a d’égale que le talent. À l’heure où la déception et le doute sont de mise, les tifosi savent qu’ils pourront compter en cas de besoin sur l’une des seules valeurs sûres de l’Inter la saison passée. Et ça, ce n’est pas rien ! A lui maintenant d’élever le niveau.

Pierrick Dujardin



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.