C’est enfin la saison de Rugani !

Cantonné au banc de touche et à un rôle de remplacent difficilement acceptable depuis son arrivée à la Juventus en 2015, Daniele Rugani va surement connaitre un exercice 2017/2018 beaucoup plus excitant. En effet, avec le départ de Leonardo Bonucci vers le Milan AC, c'est toute la hiérarchie défensive bianconera qui risque d'être chamboulée. Et si c'était lui le grand gagnant de l'été coté turinois ?

Par Boris Abbate publié le 11 Août 2017

Quand Massimiliano Allegri parle de Daniele Rugani, l’entraîneur toscan n’hésite pas à mentionner le jeune défenseur italien comme « le futur grand joueur de la Juventus et de la Nazionale pour les 10 prochaines années ». Et si le discours peut paraître optimiste, il équivaut dans tout l’entourage bianconero. Que ce soit pour Beppe Marrotta, Gianluigi Buffon ou encore Claudio Marchisio, une chose est certaine : Rugani sera le prochain grand architecte des succès futurs de la Vielle Dame. Seulement aujourd’hui, le natif de Lucca n’a pas disputé plus d’une quinzaine de matchs par saison depuis son arrivée à Turin. Une situation tout à fait compréhensible au vue de la concurrence à laquelle Rugani était confronté à la Juventus, mais toute aussi inquiétante quand on sait que le numéro 24 turinois est amené à reprendre très rapidement le flambeau d’une défense bianconera vieillissante.

Des débuts difficiles mais fondateurs

Avant de rejoindre le Piémont à l’été 2015, le jeune Rugani a tout pour plaire. Le grand blond reste alors sur une ascension folle avec son club d’Empoli, et sa première saison pleine en Serie A marque tous les esprits au point qu’il se voit directement propulsé au rang de futur star de la Nazionale par la sphère médiatique transalpine. Un statut qui va être difficile à gérer puisque Rugani ne jouera quasiment jamais durant ses premiers mois à la Juventus. Grand, élégant, à l’aise balle aux pieds mais jugé trop timide (aucun carton reçu sur ses 52 premiers matchs de Serie A) par Allegri et consorts, Rugani se voit alors barré par la BBC et même par Martin Caceres.

Et pendant qu’une partie de l’Italie s’indigne du traitement réservé au jeune défenseur, l’élève Rugani commence sa formation du haut niveau. Au fil du temps, l’Italien grappille de plus en plus de temps de jeu et récolte même ses deux premières biscottes en championnat. Des premiers cartons jaunes synonymes de grand dépucelage pour Rugani, dans un groupe ou défendre tout en étant agressif est un art de vivre. « Chiellini et Allegri seront contents, ils me voulaient plus agressif » déclara même le joueur. Une première saison en bianconero placée sous le signe de l’apprentissage, mais qui s’est finalement répétée la suivante quand Mehdi Benatia est venu remplacer Caceres, le plaçant une nouvelle fois au plus bas de la hiérarchie des défenseurs. Alors, forcément, il fallait bien un petit coup de pouce du destin pour définitivement lancer la carrière de Rugani.

L’école est finie !

C’est certain et confirmé par Allegri, la Juventus ne jouera plus avec la défense à 3 suite au départ de Bonucci, et ils seront donc 4 pour se disputer une place de titulaire en défense centrale. Mais avec un Chiellini et un Benatia très enclins aux pépins physiques ces derniers temps et avec un Barzagli qui approche de la retraite, Rugani apparait comme l’homme le plus adepte pour tenir la défense bianconera sur la durée. Conscient de l’opportunité qui s’offre à lui, le garçon avait même écourté ses vacances pour rejoindre rapidement son équipe pour la tournée américaine du mois de Juillet dernier. Un geste appréciable qui en dit long sur l’envie et la motivation du joueur, car à désormais 23 ans, Rugani et ses mèches blondes doivent enfin laisser l’apprentissage de coté. Place au terrain !

Boris Abbate

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.