Calciostory : Zalayeta éteint le Camp Nou

Calciostory vous emmène à Barcelone, le 22/04/2003, pour revivre le quart de finale retour de la Champions League entre le FC Barcelone et la Juventus. Après un score de parité d'un but partout au match aller, l'équipe de Marcello Lippi est en ballottage défavorable et est condamnée à marquer dans l’antre des Blaugrana.

Par Sebastien Sorrentino publié le 19 Avr 2017

Delle Alpi, 15 jours plus tôt, Montero ouvre la marque dès le premier quart d’heure avant que Saviola n’égalise en fin de rencontre. A l’orée du match retour, le FC Barcelone est très loin du podium de la Liga et joue sa saison sur la reine des coupes européennes. Le Barca a 73% de chances de se qualifier, la Juventus 27%. Suite au limogeage de Van Gaal, Radomir Antic prend les rênes de l’équipe jusqu’à la fin de la saison. La Juventus, elle, avec ses six points d’avance sur l’Inter, fonce vers le titre national. Au niveau des parcours européens respectifs, le club turinois a terminé en tête de la première phase de groupes devant Newcastle et termine second de la deuxième phase de groupe derrière Manchester United. Barcelone réalise un parcours quasi sans faute en ayant remporté 6 de ses 6 matchs dans la première phase de groupe et termine première de la seconde devant l’Inter. Pour ce quart de finale retour, Javier Saviola, Patrick Kluivert et Marc Overmars forment le trio offensif catalan, tandis que celui de la Juve est constitué de Pavel Nedved, Marco Di Vaio et Alessandro Del Piero.

Le pitbull : décisif, il mort le ballon et l’adversaire

Ce soir du 22 avril 2003, le Camp Nou affiche complet avec 98.000 personnes. Graham Poll est l’arbitre désigné par l’UEFA pour diriger la rencontre. Saviola est le premier à déclencher les hostilités à la 3e minute de jeu après une tête qui passe juste au-dessus de la transversale de Buffon suite à un centre millimétré d’Overmars. Edgar Davids impose sa hargne et sonne la révolte coté turinois : à la 37e minute, dans un angle fermé côté gauche, le pitbull bute par deux fois sur Bonano le gardien argentin des catalans.

Lippi fait deux changements pour la seconde mi-temps : Di Vaio et Camoranesi sont remplacés par Marcelo Zalayeta et Alessandro Birindelli. La seconde période redémarre comme la première, le FC Barcelone se rue à l’attaque. A la 46e Luis Enrique perd son duel avec Buffon en ouvrant trop son pied et voit son tir frôler le poteau gauche du gardien italien. L’Espagnol n’en croit pas ses yeux, il vient de rater une occasion en or. Luis Enrique a raison de regretter son manque d’efficacité puisque quelques minutes plus tard, les Bianconeri ouvrent le score grâce à Pavel Nedved. A la 52ème minute, Edgar Davids, sans doute le meilleur joueur de la Juve sur le terrain, récupère la balle sur le côté gauche, remonte le terrain et glisse la balle dans les pieds de Nedved à l’entrée de la surface de réparation légèrement excentré côté gauche. Plusieurs joueurs du Barça tentent de le suivre mais ne parviennent pas à s’opposer face à la vitesse de sa conduite de balle. La Furia Ceca perfore la défense catalane et se projette dans la surface pour expédier sa frappe dans les buts de Bonano. Les Catalans sont sonnés et les Bianconeri prennent légèrement l’ascendant. 5 minutes plus tard, Nedved toujours lui, déclenche une frappe puissante des 30 mètres qui file vers la lucarne. Bonano repousse des deux poings au-dessus de sa transversale. L’avance de la Juve ne dure finalement que 13 minutes. A la 65e minute, suite à un centre côté droit, Thuram au duel avec Kluivert, dégage le ballon de la tête dans l’axe et c’est Xavi qui exécute Buffon d’une frappe tendue qui termine dans le petit filet droit. Il reste un quart d’heure à jouer et le Barca et la Juve sont à égalité parfaite sur les deux rencontres.

Edgar Davids voit rouge

Luis Enrique et Edgar Davids, second round. Cette fois c’est l’espagnol qui tacle en retard des deux pieds et cisaille le batave. L’arbitre lui donne un avertissement. A la 78e minute, on assiste peut-être au tournant de la rencontre : le Pitbull ne peut retenir son agressivité et fait une nouvelle faute. Son intervention très en retard sur Mendieta lui vaut un second carton jaune. Il est expulsé. Le défi de la Juve devient de plus en plus difficile. Quelques minutes plus tard Lippi fait un pari tactique, il fait sortir Del Piero pour faire entrer Igor Tudor.

Les prolongations sont à l’avantage des Blaugrana. A la 111e minute, Xavi déclenche une merveille de louche dans l’axe par-dessus la défense pour Kluivert qui reprend instantanément en pivot, mais Buffon a bien anticipé et réalise l’arrêt du match des deux mains à bout portant. Le héros du match fait son apparition à la 114e minute, Birindelli centre au cordeau pour Zalayeta qui jaillit entre les défenseurs catalans dans la profondeur, Bonano est battu et l’uruguayen expédie la Juve en demi-finale de la Champions League.

Malgré son ratio élevé de buts marqués par minute jouée, Zalayeta ne réussira jamais à s’imposer à la Juve mais les supporters de la la vieille dame se souviendront de son but synonyme de qualification contre Barcelone. Les Turinois affronteront le Real Madrid en demi-finale dans une rencontre qui rentrera également au panthéon des matchs de la Juve en Coupe d’Europe. Du coté catalan, les changements ne se font pas attendre puisque Joan Laporta devient président tandis que Frank Rijkaard et Ronaldinho rejoindront le club dans la foulée pour redorer le blason catalan.

Sebastien Sorrentino



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.