Calciostory : Et le Napoli renversa Chelsea !

Calciostory vous emmène à Naples, le 21 février 2012, pour revivre le huitième de finale aller entre le Napoli et Chelsea. Une rencontre mémorable pour les Napolitains, et qui restera sûrement comme l'une des plus belles victoires du Napoli en Champions League. Alors prenez place, et surtout, bouchez vous les oreilles, car le San Paolo est en fusion !

Par Boris Abbate publié le 15 Fév 2017

ezequiel

21 février 2012, Naples vient à peine de se réveiller que la ville est déjà en ébullition. La bande à Lavezzi vient en effet de décrocher le deuxième huitième de finale de l’histoire du Napoli en Champions League, et c’est tout une ville qui est prête à vibrer derrière les siens. Il est à peine 18h, mais le trafic s’intensifie énormément autour du stade San Paolo, et les choses sérieuses peuvent commencer. Pour venir à bout de Chelsea, Mazzarri ne chamboule pas son effectif et fait confiance à ses hommes forts. De Sanctis dans les buts, le trio Campagnaro-Cannavaro-Aronica en défense, Maggio-Inler-Gargano-Zuniga au milieu, et le trio merveilleux de devant avec Hamsik, Lavezzi et Cavani. Le Napoli vient de sortir d’un groupe très compliqué en phase de poules et il avance sereinement contrairement à Chelsea qui est en plein doute.

« Chelsea vivait une période compliquée. Nous, on avait sorti Manchester City dans un groupe de la mort, puisqu’il y avait aussi le Bayern et Villarreal. Je ne dirais pas qu’on était favoris, mais presque. » résumait d’ailleurs Aronica à l’époque. Villas Boas est lui sur la sellette et en Angleterre on ne donne plus trop cher de sa peau, mais qu’importe, le coach portugais croit en ses chances et aligne un onze particulièrement offensif. Ivanovic, Cahill, David Luiz et Bosingwa couvrent Cech, Ramires et Meireles s’occupent du milieu et le quatuor Malouda-Mata-Sturridge-Drogba a pour tâche l’animation offensive. 20h40, les équipes rentrent sur la pelouse, le San Paolo est en fusion et assourdit l’ambiance. Pour l’anecdote, Mazzarri, qui est suspendu, a même choisi de rester à Castel Volturno (quartier général de l’équipe) pour mieux suivre la rencontre et communiquer plus facilement avec son staff, on craint en effet que les lignes téléphoniques soient saturées à l’intérieur du stade.

Cannavaro fébrile, Lavezzi en feu !

Comme on l’attendait, le Napoli démarre fort, multiplie les actions offensives mais n’arrive pas encore à se créer de grosses occasions. Arrive alors la 10ème minute de jeu, Inler invente une passe pour Cavani, qui se retrouve seul face à Petr Cech. L’attaquant napolitain croise sa frappe et croit marquer, mais le gardien tchèque réalise l’improbable et sort un arrêt réflexe magnifique avec son pied droit. L’équipe de Mazzarri ne désespère pas pour autant, et 10 minutes plus tard, Lavezzi lance Maggio sur le coté droit, le latéral italien tente sa chance mais c’est une nouvelle fois le gardien des Blues qui a le dernier mot. Et alors que tout se déroulait pour le mieux, l’improbable arrive. Sur un ballon anodin de Sturridge, Cannavaro se troue complètement et manque son dégagement. Le ballon profite à Mata, qui, seul face à De Sanctis n’a plus qu’à ajuster du gauche. 27 ème minute de jeu, 1-0 pour les visiteurs, le San Paolo fait la moue et le Napoli court désormais après le score. « El Pocho » enfile alors son plus beau costume, celui du sauveur, et à la 38ème, alors que le rythme était légèrement retombé, l’Argentin invente un crochet et envoute Meireles d’un magnifique sort. Le Portugais est perdu et Lavezzi a tout le temps pour ajuster sa frappe, qui finit sa course au fond des filets. Le pied droit soyeux du Pocho frappe une première fois, 1 but partout et le stade peut à nouveau s’enflammer.

Cavani dans tous les bons coups !

Le premier acte est sur le point de se terminer, mais alors que les joueurs de Chelsea pensaient rentrer au vestiaire, Inler décoche un centre splendide au deuxième poteau. Cavani en embuscade devance Ivanovic et enfonce le ballon dans les buts de Petr Cech. Naples est en feu, et les coéquipiers de l’Uruguayen prennent alors le dessus sur les Anglais, le tout juste avant la mi temps. En seconde période le Napoli se paie le luxe d’attendre et d’évoluer en contre, et Chelsea en profite et se montre dangereux à plusieurs reprises. Mais aujourd’hui Cavani et Lavezzi sont intenables. « El Matador » lance une première fois Lavezzi dans la surface mais ce dernier manque totalement son face à face. 10 minutes plus tard, sur un long ballon de Campagnaro, Cavani se joue de David Luiz et sert Lavezzi qui cette fois-ci ne se manque pas et a tout le temps d’ajuster sa frappe, 3 buts à 1. La suite du match est intense et très serrée, Chelsea tentant le tout pour le tout pour au moins inscrire un second but. Les Napolitains résistent et peuvent même inscrire un quatrième but, mais Cole sauve sur sa ligne au dernier moment la frappe de Maggio. L’arbitre siffle la fin de la rencontre, les joueurs et supporters explosent, le Napoli tient sa victoire et se donne le droit de rêver jusqu’au match retour.

Boris Abbate

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.