Le bilan à la mi-saison : Milan AC

Le Milan AC est 11ème de Serie A et qualifié pour les demi-finales de la Coppa Italia. Voici leur bilan à la mi-saison.

Par François Lerose publié le 10 Jan 2018

Ce qui a fonctionné

Un 4-3-3 mieux armé : C’est une réalité, les ailes du Milan AC fonctionnent à merveille et le 4-3-3 semble être le bon système pour l’équipe du Diavolo. Dans ce dispositif, les Rossoneri ont totalisé 5 victoires 1 nul et 3 défaites, contre seulement 3 succès avec une défense à trois qui si elle a porté ses fruits en début d’exercice et en Europa League face à de modestes adversaires, a été de plus en plus friable au moment ou les premières difficultés se sont amorcées. Bonaventura retrouve un poste de milieu axial gauche qui lui convient mieux et Suso peut s’ateler à faire ce qu’il sait faire de mieux, percuter sur son côté droit pour repiquer et déclencher dans l’axe.

L’Europa League : Même si les choses vont mal en championnat, le Milan AC retrouve des couleurs en Europe. Pour son retour sur la scène continentale, les Rossoneri ont terminé premier d’un groupe moyen en réalisant quelques belles performances offensives qui ont permis à André Silva d’emmagasiner de la confiance, ce qui n’est pas le cas en championnat. Quoi qu’il en soit cette compétition malgré une fin de phase de poules poussive, pourrait être une bouée de sauvetage pour un club qui nage en eaux troubles.

Ce qui n’a pas fonctionné

La gestion sportive : A mi-saison, c’est un fait, la gestion sportive du Milan AC n’est pas au point. Entre doutes sur la solidité financière du projet et rejet de l’UEFA, mercato estival conséquent mais décevant et sans concertation avec Montella et changement de coach, c’est la panique à Casa Milan. Propulser un Gattuso sans expérience à la tête du club pourrait être un échec de plus pour une légende d’un club qui a l’habitude désormais de les abimer. Le club nage aujourd’hui dans une instabilité qui sans Champions League au bout pourrait bien freiner les ambitions de l’ancien géant aux 7 C1.

L’animation offensive : Si Patrick Cutrone, produit du club, surnage en attaque, ce n’est pas le cas d’un Kalinic méconnaissable et d’un André Silva qui n’est que l’ombre de la promesse qu’il était en arrivant (0 but en Serie A pour le Portugais). Si le manque de confiance devant est criant, le milieu de terrain qui assure les transitions offensives n’est pas plus reluisant. Kessie, Montolivo, Biglia ou encore Locatelli, aucun n’a le pouvoir d’effectuer ce liant entre le milieu et l’attaque. Bonaventura est trop seul et cela se ressent dans un jeu qui penche sévèrement à droite (40%).

Un mois d’octobre terrible : Si tout avait bien commencé malgré un accroc face à la Lazio (défaite 4-1), c’est en octobre que les certitudes du Milan AC se sont envolées et notamment lors du double affrontement AS Roma-Inter au mois d’octobre. Deux défaites qui ont fait mal dans les têtes, surtout celle face aux cousins, dans les dernières secondes (3-2) avec le triplé d’Icardi. Résultat 7 victoires sur les 20 dernières rencontres (Roma et Inter inclues). Terrible.

François Lerose

Rédacteur en Chef



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.