Aquilani, la dernière chance

Depuis maintenant près de 10 ans, Alberto Aquilani promène son allure dilettante sur les terrains. Entre le gamin prometteur de l’AS Roma et le joueur à bout de souffle des six derniers mois à Pescara, beaucoup de choses se sont passées. Si le début de carrière laissait penser que sa facilité technique allait lui ouvrir les portes du succès, la réalité en a été toute autre. Sorti de deux expériences ratées au Portugal et à Pescara, il va tenter un dernier come-back à Sassuolo

Par Jérémie Panizzoli publié le 08 Jan 2017

Alberto Aquilani

Pescara, le cauchemar

Arrivé l’été dernier du coté de Pescara, le natif de Rome devait entamer une fin de carrière en pente douce au sein d’un effectif jeune et peu expérimenté. Le passé d’Aquilani devait apporter de la confiance aux plus jeunes et de la fluidité au jeu développé par Massimo Oddo. La réalité a été bien différente. Entre un début de saison en demi teinte et surtout un dernier match face à Crotone où certaines limites ont été franchies avec les tifosi, l’expérience restera un véritable échec pour le joueur et le club. Face à une situation bloquée avec les fans, Aquilani devait donc partir afin de ne pas s’enterrer dans un bateau qui prend l’eau de toutes parts. Logiquement, Sassuolo et son coach Eusebio di Francesco qui lui avaient fait la cour en aout dernier se sont manifestés à nouveau à la fin décembre pour enrôler le milieu de terrain. Quelques jours plus tard, Aquilani signait à Sassuolo pour six mois.

Le bol d’air Di Francesco

Outre la perspective de retrouver une équipe joueuse et portée sur l’offensive, Aquilani va retrouver son ancien partenaire, Di Francesco. Il y a quelques années, les deux hommes se sont côtoyés du coté de l’AS Roma. Le feeling est toujours resté. Alors que les Neroverde sont à la peine depuis plusieurs semaines malgré un fond de jeu de qualité, l’arrivée d’Aquilani à Sassuolo s’apparente à la même mission que celle proposée par Pescara il y a six mois. Cependant, le contexte est différent entre les deux formations. En dépit d’une position peu flatteuse au classement (16ème), Sassuolo était européenne en début de saison et joue sans son meilleur attaquant (Berardi reprend à peine les entrainements). Les signaux envoyés sont inquietants, mais la qualité est là. Ce manque de confiance tant attendu doit arriver avec le renfort d’Alberto Aquilani. Comme à Pescara…

Un besoin de confiance totale

En regardant la carrière du milieu de terrain, on constate que ses meilleures périodes correspondent à une confiance totale de ses coachs. Montella en particulier du coté de la Fiorentina, mais également Prandelli qui l’estimait énormément en Nazionale. Un profil qui peut correspondre à Di Francesco, le mister de Sassuolo. Cependant, il va vite falloir qu’il retrouve son meilleur rythme et des performances de qualité. Il est attendu au tournant. Car cela fait un an et demi qu’il a entamé une certaine descente. Le Sporting puis Pescara ont démontré que le temps peut être compté pour Aquilani. A lui de nous démontrer que la technique et la vista n’ont pas d’age…

Jérémie Panizzoli



Commentaires




Lire aussi


Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.